Infos, bons plans, recettes et discussions sur les nouveaux modes de consommation

Vrai ou faux ? Tout savoir sur le soja

Vrai ou faux ? Tout savoir sur le soja

Avant de devenir vegan, je me posais entre autres une question que tout le monde se pose sur ce régime : peut-on trouver un apport en protéines suffisant dans un régime à base de plantes ? En tant que sportive, cette problématique m’était d’autant plus importante.

Outre la traditionnelle association céréales-légumineuses tout à fait convenable, j’ai découvert ce formidable aliment qu’est le soja : tofu, crème de soja, lait de soja, protéines de soja…Seulement voilà, qu’en est-il des effets sur la santé du soja ? De son impact environnemental ? Il semblerait que les avis divergent. J’ai donc décidé d’éclaircir un peu le sujet…

1°) Le soja est bon pour la santé

Vrai. De multiples études ont démontré que la consommation de soja  diminuait les risques de maladies cardiovasculaires ainsi que le diabète de type 2, les cancers du sein et de la prostate, et le cholestérol. En revanche, s’il est bon de consommer des produits naturellement riches en soja, comme du tofu, des edamame ou du tempeh, il vaut mieux éviter les produits industriels transformés, dont les méthodes de préparation du soja sont opaques.

2°) En termes d’apport protéinique, la viande est plus intéressante que le soja

Faux. Une fève de soja est composée à 38% de protéines, soit 2 fois plus que le porc, 3 fois plus que les oeufs et 12 fois plus que le lait. De plus, le soja contient les 8 acides aminés nécessaires à un apport complet en protéines. Le soja est même plus intéressant que la viance car il est pauvre en acides gras saturés.

3°) La consommation de soja augmente les risques de cancer du sein

Faux. Dans les années 90, l’opinion publique et les scientifiques pensaient que les phyto-oestrogènes contenus dans les isoflavones présents dans le soja auraient tendance à accélérer la croissance de cellules liées au cancer du sein, en imitant le rôle des oestrogènes dans le corps. Aujourd’hui, on sait que ce n’est pas le cas.

En effet, il existe deux types de récepteurs oestrogènes dans le corps : les récepteurs alpha et les récepteurs bêta. Les récepteurs alpha sont ceux qui auraient tendance à augmenter le risque de cancers du sein en augmentant la croissance des cellules du sein. Les récepteurs bêta, en revanche ont l’effet inverse. Or, il s’avère que les isoflavones contenus dans le soja préfèrent se fixer sur les récepteurs bêta.

4°) Manger du soja n’est pas bon pour la planète

Il est vrai que la production de soja a un impact sur l’environnement, en particulier sur la déforestation. Par ailleurs, il est important de noter que l’Europe importe 39 millions de tonnes de soja par an…et que 90% est destiné à l’alimentation du bétail. Ainsi, ce ne sont pas les végétariens ni les vegans qui participent le plus à la déforestation en mangeant du tofu… Ensuite, le tofu est une source de protéines que l’on peut directement utiliser comme aliment alors qu’il faut entre 4 et 7 kilos de fèves de soja pour arriver à produire 500g de boeuf – ce qui est particulièrement inefficace.

Sources :

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *