Infos, bons plans, recettes et discussions sur les nouveaux modes de consommation

« Ne cherchez pas de viennoiseries chez nous, elles ne vous veulent pas de bien »

« Ne cherchez pas de viennoiseries chez nous, elles ne vous veulent pas de bien »

Voilà ce qu’on peut lire lorsque l’on regarde la carte des petits déjeuners à l’hôtel MOB de Saint Ouen. Jeudi dernier, cet hôtel un peu particulier ouvrait son adresse parisienne.

Son créateur ?  Cyril Aouizerate, un des fondateurs des mythiques Mama Shelter.

« MOB signifie Maimonide of Brooklyn. Il faut savoir que Maimonide était le premier médecin à vanter les mérites des fruits et des légumes pour la santé. »

Pour sa femme, végétarienne, il est devenu végétarien, puis vegan.  En 2012, il lance son premier fast-food végétalien MOB à Brooklyn. Après les restaurants, il se lance dans les hôtels, un MOB est déjà présent à Lyon et après le Français travaille à l’ouverture de trois nouveaux lieux aux Etats-Unis pour les prochaines années.

La volonté des MOB ? Ne laisser personne indifférent.

« On est toujours le bobo de quelqu’un d’autre, lance Cyril Aouizerate, comme pour anticiper les habituelles critiques. J’ai quatre enfants et mon obsession est de voir notre société se déliter. Alors, je mène mon projet à partir des valeurs que je défends : l’hospitalité et le bon sens. Plus qu’un hôtel, ce sera un lieu de vie et de rencontres. »

« Le MOB hôtel sera un mélange entre un motel urbain et un monastère laïc, glisse-t-il avec malice. Toute la nourriture sera locale et sans matière animale ! »

déclarait il déjà en 2014 dans le Parisien

Alors, quelles sont les particularités de ce MOB parisien ?

Déjà, des prix abordables, et ce, comme au Mama Shelter, la première chambre étant à 89€.

Des jardins partagés sur le toit. Le pari des MOB est de faire se côtoyer local et international : les habitants de Saint-Ouen et les voyageurs internationaux. Pour cela, chaque année, dix familles sont tirées au sort et reçoivent une parcelle de potager.

Le restaurant, en plus d’avoir une carte végétarienne et vegan, achète tous ces produits auprès de coopératives éco-responsables et locales.

Des studios sont mis à disposition des artistes et créateurs. Des ateliers comme par exemple pour apprendre à réparer son vélo vont être organisés. Ce week-end, cela commence par les « 48h de l’agriculture urbaine : pour devenir un super jardinier ».

Au MOB, pas de télé dans les chambres mais une immense bibliothèque à la disposition des voyageurs. Dans la cour l’été, un écran géant sur lequel les résidents pourront regarder des films avec un casque pour ne pas gêner le voisinage.

Au sous-sol, après un portrait de Marx, un espace de coworking pour les start-ups : la « Kolkhosita », qui souligne encore le côté communautaire de l’hôtel.

Bref, un vrai petit paradis au coeur des puces de Saint Ouen.

Alors, conquis ?

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *