Infos, bons plans, recettes et discussions sur les nouveaux modes de consommation

Le véganisme est-il une religion ?

Le véganisme est-il une religion ?

Bonjour à tous,

Aujourd’hui je vous parle d’un sujet qui est de nombreuses fois intervenu dans ma période de vie en tant que végane : le rapport entre véganisme et religion.

Il n’est pas rare de lire des associations de mots et concepts dans les médias ou d’entendre dans certaines conversations des expressions qui connotent un lien entre les deux, comme le fait de se « convertir » au véganisme ou encore de désigner les véganes comme une « secte ».

Mais qu’en est-il vraiment ? Peut-on vraiment définir le véganisme comme une religion et quelles sont les conséquences d’une telle association ?

Si l’on s’intéresse d’abord à la définition d’une religion, le Larousse nous indique que c’est un ensemble déterminé de croyances et de dogmes définissant le rapport de l’homme avec le sacré. Si on compare cette définition à celle du véganisme, toujours donnée par le Larousse comme un mode de vie alliant une alimentation exclusive par les végétaux ainsi que le refus de consommer tout produit issu des animaux ou de leur exploitation, le lien ne semble pas de prime abord évident.

Or il est vrai que de nombreuses personnes assimilent souvent le véganisme au fait de suivre une série de dogmes, qui seraient les actions de refus de consommer des produits d’origine animale. Tout l’enjeu selon moi réside dans la différence entre le dogme et la conviction, et si l’on peut suivre un dogme par éducation ou croyance, il relève plus de la rationalité et des réflexions personnelles de suivre ses convictions.

Toutefois le lien entre religion et véganisme n’est pas si incongru. Nombreuses sont les personnes qui sont devenues végétariennes et/ou véganes pour vivre en accord avec leur religion.

Si l’on s’intéresse à la religion chrétienne, c’est pour honorer le commandement « Tu ne tueras point » que certains croyants ont refusé d’exploiter d’autres êtres vivants. Dans le cas du Bouddhisme ou de l’Hindouisme le lien est encore plus intrinsèque entre croyance spirituelle et mode de vie. Dans ces religions et philosophies de vie basées sur l’animisme et la croyance à un lien existant entre chaque être vivant, le rapport entre véganisme et religion est plus évident et parlant (en Inde, près de 40 % de la population est végétarienne pour des raisons religieuses).  

Si des liens existent donc, assimiler véritablement le véganisme à une religion consiste souvent en un raccourci facile pour discréditer ce mode de vie et le tourner, dans certains cas, en un comportement « fanatique », et comparer les véganes à une secte de prosélytes.

Mais que se passerait-il si le véganisme était reconnu comme une religion ? Au Canada, dans l’Ontario, un premier pas a été fait vers la reconnaissance légale du mode de vie végane sur le lieu de travail. Début 2016, la Commission des Droits de l’Homme de l’Ontario a reconnu le mode de vie végane d’un individu comme une croyance (belief) protégée par la même législation visant à protéger des discriminations contre les appartenances religieuses.

Grâce à ce vote, une personne végane peut ainsi exiger qu’une option végane fasse partie du menu de la cantine de son lieu de travail ; un étudiant peut refuser de pratiquer une dissection en cours de biologie ou encore un travailleur peut refuser de porter son uniforme si celui-ci est composé de matières animales.

Si cette décision a suscité beaucoup de réactions, aussi bien positives que négatives, elle prouve qu’un pas est fait vers la prise en compte du mode de vie de chacun, qui pourrait aboutir dans le futur à davantage de tolérance et de compréhension.

Que penser de tout cela ? Quelle que soit la manière de considérer le véganisme, il ne faut pas oublier que c’est un mode de vie et de pensée qui découle d’une prise de conscience, qu’elle soit éthique, environnementale ou sanitaire visant à adopter un mode de vie plus responsable. Le considérer ou non comme une religion dépend finalement de la sensibilité de chacun, du moment que cela ne remet pas en cause la liberté d’autrui.

Et vous, qu’en pensez-vous ?



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *